Du 5 juillet au 2 septembre 2018

ISO

Photographies de Thierry Leverrier

Mon aventure photographique a commencé en 1980.
J’avais 16 ans et mes parents m’avaient offert un petit réflex 24x36 pour mon anniversaire. C’était un Ricoh KR5, un appareil argentique sans automatisme où il fallait choisir la vitesse et l’ouverture selon les seules indications de la cellule dans le viseur.

Une fois cet appareil en ma possession, je me suis initié à la photographie avec Bernard CHEREAU, photographe caennais qui proposait d’apprendre les bases techniques.

A cette époque pas si lointaine où la photographie n’était pas encore un produit de consommation où il suffit de « dégainer » son smartphone pour capturer l’instant présent en quelques secondes en Haute Définition et le partager aussitôt avec le plus grand nombre sur Internet, la photographie argentique a été une école de la patience et de l’exigence :
- exigence vis-à-vis du sujet et des raisons qui poussent à appuyer sur le déclencheur, - exigence vis-à-vis de la construction de l’image,
- exigence de l’oeil qui doit s’efforcer à ne capturer que l’essentiel,  exigence pour la lumière qui pousse parfois à attendre de longs moments le bon éclairement, la bonne exposition,
- exigence de ne pas gâcher la pellicule pour rien.

Pourquoi la photographie ?
Parce que cela m’amuse et que j’y éprouve un sentiment de liberté. Pour retenir l’instant vécu et tenter d’en faire partager l’émotion qu’elle provoque en moi au moment où mon doigt appuie sur le déclencheur.
Je n’ai pas la prétention d’être un artiste, même amateur.
Je ne suis qu’un flâneur actif à la recherche de l’instant inattendu.
Parce que comme l’a si bien dit Henri Cartier Bresson « Photographier : c’est retenir son souffle quand toutes nos facultés convergent pour capter la réalité fuyante ; c’est alors que la saisie d’une image est une grande joie physique et intellectuelle ».

Pourquoi la photographie en noir et blanc ?
Sans la couleur, la photographie oblige à davantage se concentrer, sur la composition, les formes, les lumières et les ombres, les contrastes... Faire de la photo noir et blanc oblige à regarder les choses différemment et à les appréhender sous un autre angle.


Accès libre.