DU 19 FÉVRIER AU 17 MARS

Le Cas Richard Jewell

Clint Eastwood

AMÉRICAIN (VOSTF), 2019-2H10.

Avec Paul Walter Hauser, Sam Rockwell, Kathy Bates...

Séances

  • mer 26
  • 11h10
  • 16h
  • 18h45
  • jeu 27
  • 11h20
  • 17h
  • 21h30
  • ven 28
  • 11h30
  • 14h30
  • 21h15
  • sam 29
  • 13h30
  • 17h
  • 21h15
  • dim 1
  • 13h45
  • 17h15
  • 21h30
  • lun 2
  • 16h45
  • 19h15
  • 21h30
  • mar 3
  • 13h45
  • 21h15


  • mer 4
  • 11h30
  • 15h15
  • 19h30
  • jeu 5
  • 21h
  • ven 6
  • 11h45
  • 14h
  • sam 7
  • 13h40
  • 21h30
  • dim 8
  • 11h50
  • 17h40
  • lun 9
  • 21h15
  • mar 10
  • 12h
  • 18h30


  • mer 11
  • 21h30
  • jeu 12
  • 15h50
  • ven 13
  • sam 14
  • 16h
  • dim 15
  • 21h10
  • lun 16
  • 16h45
  • mar 17
  • 12h
  • 18h45


Résumé

En 1996, Richard Jewell fait partie de l’équipe chargée de la sécurité des Jeux d’Atlanta. Il est l’un des premiers à alerter de la présence d’une bombe et à sauver des vies. Mais il se retrouve bientôt suspecté... de terrorisme, passant du statut de héros à celui d’homme le plus détesté des Etats-Unis. Il fut innocenté trois mois plus tard par le FBI mais sa réputation ne fut jamais complètement rétablie, sa santé étant endommagée par l’expérience.

« Il faut croire qu’Eastwood a décidé, avec l’âge, de ne plus perdre de temps. Il poursuit ainsi, au rythme stakhanoviste d’un film par an, son portrait de l’Amérique profonde, s’attachant à ses héros sans cape ni collant, ceux que l’on appelle des héros ordinaires (remember l’excellent Sully). C’est encore le cas ici (…) Le film est sorti aux États-Unis assorti d’une polémique à propos du portrait au vitriol brossé de la journaliste Kathy Scruggs, montrée comme une arriviste prête à tout, et même à enflammer (au sens figuré) un agent du FBI peu consciencieux, pour sortir un scoop. On concède qu’Eastwood n’y est pas allé de main morte, sans doute emporté par son goût de la provocation anti-establishment et anti-politiquement correct. Il n’en reste pas moins que Le Cas Richard Jewell, après le savoureux La Mule, prouve que le désormais patriarche du cinéma américain n’a pas perdu la main : c’est un bon cru ! » (Cinémas Utopia)

Bande-annonce


RESERVATION




LIEN UTILE

TELECHARGEMENT

BOUTIQUE

VIDEOCLUB